Il a déjà été évoqué ici la participation notoire du dessinateur Gérald FORTON aux premières pages de "L'Affaire du Collier "(1965), à propos du taxi Peugeot 404 qui convoie nos amis BLAKE & MORTIMER à travers Paris...

Cette fois, il s'agit d'une troublante analogie que j'ai récemment relevée entre la case d'ouverture de cette aventure policière signée E. P. JACOBS, et celle qui inaugura, dans la revue SPIROU (préalablement, dans l'éphémère RISQUE-TOUT...), la parution de la série de science-fiction Alain CARDAN (1957), scénarisée par Yvan DELPORTE et dessinée par G. FORTON.

Affaire-collier_1

En effet, l'action de ces deux histoires - très différentes au demeurant - démarre quasiment de la même façon : sur un boulevard animé d'une métropole (Paris), un "crieur de journaux" qui annonce le grand titre d'un quotidien, procédé (que d'aucuns qualifieront de classique) permettant d'installer le lecteur de plain-pied dans le sujet et le "concret"...

AlainCardan2

Par ailleurs, on y note la présence d'élégantes jeunes femmes, assez récurrente chez FORTON, mais tout à fait inhabituelle dans les BLAKE & MORTIMER de JACOBS. Pour autant, ce dernier s'en est visiblement accommodé, et nous n'allons pas nous en plaindre !

AlainCardanTop

Pourtant, passé la scène de la réception mondaine à l'hôtel particulier du joaillier DURANTON, 4 planches plus loin, la figuration redevient strictement masculine, a fortiori quand E. P. JACOBS "reprend - littéralement - la main". A noter que selon les sources, FORTON aurait travaillé sur les 14, 18, voire 20 premières planches ; mais quoiqu'il en soit, il est manifeste que JACOBS est intervenu dessus ponctuellement ...               

forton

                                                                               Gérald FORTON (né en 1931) >

 

 

 

 

Mr SMITH                                                                              

© Jocelyn M. Lecocq - Cet article est la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation préalable.